Fusion BO-Aviron, la tricherie légalisée !


C’est le sentiment qui m’envahit quand j’ai appris la nouvelle. On a déjà le droit aux matchs truqués avec des entraîneurs qui alignent volontairement des équipes B, au mépris du spectacle et des supporters (comme régulièrement Toulouse et Toulon), des équipes qui lèvent le pied sur certains matchs pour se préserver dans l’optique des phases finales ou parcequ’elles savent leur descente acquise (comme Agen l’an passé), des joueurs et coachs qui avouent avoir signé dans des clubs rivaux avant de les affronter la semaine suivante (comme le duo des Laurents, l’an passé),… voilà maintenant les clubs qui s’organisent pour sauver leur place dans l’élite grâce à la fusion. Bienvenue au royaume du grand n’importe quoi !

Un lock-out des compétitions européennes pour faire du chantage !


Je l’ai annoncé dans mon article de novembre 2012 après l’élection de Paul Goze, cela c’est vérifié ! La LNR, incapable de trouver des perspectives en France se cherche un bouc émissaire européen pour renflouer ses caisses (voir mon article).

C’est officiel, la LNR se joint à la ligue anglaise pour créer une nouvelle compétition européenne en remplacement de la H-Cup. L’objectif est de garder le même format de compétition mais de générer plus d’argent et mieux le redistribuer, c’est à dire aux clubs français et anglais qui génèrent plus de buzz en terme d’audience TV et de spectateurs. On supprime l’ancien barème de redistribution des recettes, soit 50% pour la ligue celte et 25% chacun pour les deux autres ligues, à 33% pour tout le monde. Ce qui revient à augmenter la dotation des clubs français et anglais aux détriments des clubs de la ligue celte.

8 euros pour voir de la fédérale 2 ! ! ! ! !


Laissez-moi vous racontez ma mauvaise expérience de dimanche dernier ! Un beau dimanche de septembre avec chaleur et soleil, le truc qui vous donne envie de sortir voir un match de rugby (après réflexion, j’aurai du opter pour un autre sport de plein air). 

J’habite Toulouse, donc assez bien fourni pour voir du rugby. Pas de Top 14, ni de ProD2 ce dimanche car les matchs se jouaient le samedi donc je me rabats sur de la Fédérale. Et justement une affiche en Fédérale 1 a lieu entre Blagnac et Lourdes. Vendu ! Je regarde juste l’horaire sur le site internet du Blagnac SCR et là je tombe sur l’affiche avec inscrit : 10 euros l’entrée. A deux (excusez, mais j’aime partager mes dimanches avec ma compagne), cela fait donc 20 euros. Et comme il fait chaud, comptez 25 euros avec les boissons. Juste pour assister à un match amateur de 3ième division avec deux équipes de milieu de tableau. Bon comme je ne suis pas un pigeon, j’abandonne immédiatement l’idée.

Les fortunes dans le rugby


Voilà un tableau qui met en relief ce petit paradoxe : les plus médiatiques sont ceux qui en ont le moins. Je veux parler de Serge Blanco et Mourad Boudjellal qui ne ratent pas une occasion de se faire passer, sur les plateaux TV et dans la presse, pour les grands mécènes du rugby français avec leur fortune personnelle au service de leur passion. Mais avec une fortune estimée à 40 millions pour chacun, Mourad Boudjellal et Serge Blanco font figure de parents pauvres par rapport à leurs homologues.
Autre paradoxe, l’absence du Stade Toulousain dans ce tableau qui fait du club de la ville Rose un OVNI dans le paysage rugbystique français, voir même dans le sport professionnel du court. Imaginez, le meilleur club du monde dans son sport (ou pas loin) qui n’est pas la propriété d’un riche homme d’affaire ou d’un émir du Moyen-Orient ! Tout juste une anomalie. Mais pour combien temps encore…

Goze président de la LNR ! Mais pour quoi faire ?

Ca y est le nom du successeur de Jean-Pierre Revol vient de tomber ! Ce sera Paul Goze. Voilà, circulez  y'a plus rien à voir ! OK, c’est bien gentil tout cela, mais c’est quoi le projet de ce monsieur ? On a bien essayé de chercher des infos, des déclarations, on ne trouve pas grand chose de marquant. Au-delà des projets, on aurait aimer aussi connaître les moyens de les mettre en œuvre…

Faut bien reconnaître que cette élection a vraiment des aires de nomination d’un président de conseil d’administration d’une banque de province. Pas du tout à celle d’une ligue de sport populaire suivi par des millions de passionnés. Une sorte de formalité réglementaire qui se traite entre initiés sur des critères connus d’eux seuls. Cantonné au rôle d’observateur, on pouvait juste espérer que ce conclave accouche d’une fumée blanche et que le successeur soit enfin nommé ! A vrai dire, la LNR n’est pas une démocratie pas plus qu’elle n’est pas le représentant du rugby français ni son porte-parole. Ce rôle est dévolu à la FFR. Non, la LNR est une « ploutocratie » au sens premier du terme. Elle n’est là que pour défendre les clubs professionnels pour leurs seuls intérêts.